Actualités

Plus de 5000 jeunes mobilisés à la kermesse interscolaire de Bangoua le 11 novembre 2015

alt alt

Le Mercredi 11 novembre 2015, environ 5000 jeunes des établissements scolaires et secondaires du département du Ndé étaient réunis à la place des fêtes de la chefferie Bangoua pour célébrer la kermesse interscolaire du Musée-case patrimoniale de Bangoua.

Cette rencontre d'envergure, présidée par le Délégué régional des enseignements secondaires lui-même, Mr Christopher KWEKOUA, s'organisait dans la mouvance de la Fête du macabo et s'est déroulée en présence de SM DJAMPOU TCHATCHOUANG Anick Julio, roi des Bangoua et SM YONKEU Jean, roi des Bangoulap et président de la commission Médiation – sensibilisation de la Route des Chefferies.

alt alt

Cette kermesse qui succède à celle de Bamougoum avait pour objectifs principaux de :
Relancer les activités du musée renouvelé dans son exposition ;
• Installer officiellement les clubs musées déjà présents dans les établissements secondaires du département du Ndé ;
• Booster la synergie entre le Musée et l'école afin de promouvoir au sein des établissements une éducation en relation avec nos cultures vécues et non comprises.

Les 5000 jeunes qui représentaient une trentaine d'établissements se sont présentés en compétition dans plusieurs disciplines à savoir : défilé de mode en costume traditionnel, danses patrimoniales, déclamations de proverbes et de contes en langue maternelle, sketch, art culinaire, exposition du plus beau macabo, dessin, match des incollables, course dans le sac, mangeur le plus rapide. Des disciplines que les jeunes ont exécutées avec sérieux, rigueur et envie de gagner et qui ont générées une animation dans le rire et la bonne humeur. Les vainqueurs se sont vus attribués des prix proposés par les différents partenaires autres que la Route des Chefferies à l'instar des Brasseries du Cameroun et les élites de Bangoua.

altCette kermesse à l'allure récréative allait bien au-delà du ludique car elle se présente comme un outil pédagogique pour faciliter l'appropriation par les jeunes de la question du patrimoine. M. KWEKOUA Christopher le dira d'ailleurs dans son discours en rappelant des textes de la loi N° 98/004 du 14 avril 1998 portant orientation de l'éducation : « l'éducation au Cameroun a pour mission la formation de citoyens enracinés dans leur culture, mais ouverts au monde et respectueux de l'intérêt général et du bien commun ».

Pour conclure une fois de plus sur ses propos, le Délégué régional interpellera la communauté éducative en ces termes : « (...) vous ne devez ménager aucun effort afin que ce partenariat liant la délégation Régionale des Enseignements Secondaires de l'Ouest au programme Route des Chefferies aille jusqu'à son terme. Nous devons remplir notre part du cahier des charges car l'appropriation du Musée par l'Ecole est un pari gagnant pour la société ».

 

 

 

alt alt

TOSTEM-Mémoires libérées : 1ère réunion du comité scientifique international à Nantes

La 1ère réunion du comité scientifique international du programme « Tourisme autour des Sites de la Traite, de l’Esclavage et de leurs Mémoires » (TOSTEM) s'est tenue en juin dernier à Nantes sous la présidence d'Yvon CHOTARD, président des Anneaux de la Mémoire et la coordination de Patricia BEAUCHAMP-AFADE, coordonnatrice de TOSTEM INTERNATIONAL. Le Cameroun y a été représenté par le Pr Cyrille BELA, Historien de l’art par ailleurs Président du comité scientifique local et Ahmadou SEHOU, Historien et coordonnateur du Centre d’Etudes et de Recherches Pluridisciplinaires sur l’Esclavage et la Traite en Afrique (CERPETA).

alt

Photo 1: Vue de la salle d'une plémière lors de la réunion du comité scientifique à Nantes en juin 2015

alt

Photo 2 : photo de famille de quelques participants membres venant de France, Cameroun, Haïti, Sénégal, Antigua & Barbuda, à la réunion du comité scientifique international de TOSTEM

En effet, plusieurs activités sont prévues au Cameroun dont la réalisation d’un parcours de visite des sites d’histoire et de mémoire de la traite négrière et de l’esclavage. Pour ce faire, une étude scientifique a été réalisée par le CERPETA en décembre 2014 où un certain nombre de sites ont été localisés dans les régions du Littoral, du Sud-Ouest, du Nord-Ouest et de l’Ouest. Dans le but de conceptualiser ce parcours, une mission de terrain conduite par Estelle PIOU (chef de projet en ingénierie culturelle) s’est déroulée au Cameroun du 15 au 24 juin 2015 avec pour objectifs de :

  • Visiter les principaux sites retenus afin de valider les idées d’aménagements et identifier les propriétaires des terrains ;
  • Réunir les éléments manquants à certains sites et vérifier certaines informations ;
  • Rencontrer des bailleurs de fonds pour le cofinancement de ce parcours de visites et pour l’exposition internationale itinérante.

Ainsi, les sites de Bangou, Kamna, Baham, Bamendjinda, Foumban, le Ndé Bafut, Bawock, Melong et Douala ont été visités. De nombreux chefs et personnes ressources ont été rencontrés afin de recueillir des informations supplémentaires. Aussi, les relevés topographiques des sites ont été effectués et des partenariats solides avec les acteurs locaux, noués.

Pour l’heure, le Cameroun s’apprête à accueillir dans les tous prochains mois la 2ème réunion du comité scientifique international qui va constituer le nœud du projet d’exposition itinérante du programme TOSTEM-Mémoires libérées. Hervé Youmbi, artiste plasticien multimédia camerounais et 6 autres artistes des Antilles, de la France et du Sénégal vont participer à une résidence artistique en Louisiane (USA) et à Dakar (Sénégal) en septembre et novembre 2014 autour de la thématique « Histoire & Mémoires de l'esclavage ».

alt

Photo 3 : Site situé à la chefferie Bangou.

Pour rappel, le projet Mémoires Libérées prévoit la réalisation d’une grande exposition qui sera le fruit d’un véritable processus de création participative et sera présentée en 2016 sur les 3 continents et dans plus de 5 pays. Elle partira de la France pour le Sénégal, puis successivement le Cameroun, Haïti, Antigua & Barbuda et enfin les Etats-Unis. Basée sur les contextes et les enjeux historiques des différents pays, l’exposition mettra en lumière les patrimoines matériels et immatériels (arts, danse, littérature, etc…) de cette période pour devenir un véritable outil de valorisation de la diversité culturelle. Dans cette optique, l’exposition comprendra également une dimension visuelle et artistique forte qui sera développée par les artistes en résidence.

2 étudiantes de l'Université de Nantes et de l'Ecole du Louvre en France, en stage au sein de la Route des Chefferies

C’est dans le cadre du partenariat qui lie la Route des Chefferies (RDC) à l’Ecole du Louvre de Paris qu’Estelle VANNESTE, étudiante de Master I en Muséologie a été reçue comme stagiaire en conservation et médiation au sein de la RDC.    

Linda SILIM, titulaire de 2 Masters dont l’un en Expertise des Professions et Institutions Culturelles (EPIC) à l'Université de Nantes est quant à elle stagiaire professionnelle en médiation culturelle à la RDC.

Depuis le 15 juin et ce jusqu’au 31 juillet 2015, la RDC bénéficie d’un double accompagnement dans la réalisation de ses différents chantiers en cours. Il s’agit entre autres pour les jeunes étudiantes:

alt

  • De concevoir les livrets pédagogiques des cases patrimoniales (CP) de Bamougoum et de Bamendjinda ;
  • D’aménager les parcours pédagogiques des CP de Bamougoum et de Bamendjinda ;
  • D’inventorier le patrimoine culturel immatériel ;
  • De concevoir les mallettes pédagogiques virtuelles ;
  • D’appuyer le chantier sur la conservation préventive ; etc…

Avant l’évaluation finale de leur stage, l’on constate chaque jour que les équipements culturels de la RDC constituent un vaste champ d’expérimentation pour la mise en pratique de leurs acquis théoriques.

La Route des chefferies apporte son expertise pour la formation des étudiants de l’Institut des Beaux-Arts de Nkongsamba

C’est dans le cadre du partenariat qui lie l’Université de Douala (UD) à travers l’Institut des Beaux-Arts (IBA) à Nkongsamba et la Route des Chefferies (RDC) que les étudiants de Master 2 en gestion et conservation du patrimoine ont bénéficié d’une série de cours interactifs.

alt

Ladite formation était animée par une équipe mixte de la RDC constituée d’une part d’Estelle PIOU, experte en patrimoine culturel et Sylvain DJACHE NZEFA, architecte et Coordonnateur Général de la RDC tous deux basés en France. D’autre part, Anita KAMGA FOTSO, experte en marketing culturel, par ailleurs Directrice des Opérations de la RDC et Honoré TCHATCHOUANG, expert en médiation culturelle formaient l’équipe locale.

Le contenu des enseignements se regroupait dans 2 modules à savoir :

  • Module1 : Art, public et technique muséographique ;
  • Module 2 : Fonction et gestion des institutions muséales.

Il était question pour la RDC au-delà des aspects théoriques de mettre un point d’honneur sur le volet pratique qui manque très souvent dans nos écoles professionnelles au Cameroun. Grâce au voyage d’étude qui venait en complément, les étudiants ont décelé la problématique que posent la conception et la gestion des expositions des musées visités.

Rappelons que cette convention cadre de collaboration entre l’UD et la RDC est l’aboutissement des axes de partenariat ébauchés en octobre 2013 par M. Sylvain DJACHE NZEFA (Coordonnateur Général de la RDC) et Mme Annette ANGOUA NGUEA (Directrice de l’IBA) et leurs équipes respectives. Dans le cadre de cette collaboration, une vingtaine d’étudiants ont déjà été accueillis au sein du réseau RDC et ont pu travailler sur les chantiers d’inventaires, de conservation et de médiation culturelle.

Le livret pédagogique de la Case Patrimoniale de Batoufam est disponible…

Depuis quelques semaines, le livret pédagogique de Batoufam est sorti sous presse après plusieurs étapes. En septembre 2014, la morasse de ce document avait été soumise à la communauté éducative de l’arrondissement de Bayangam lors d’un comité pédagogique à la chefferie Batoufam. Il est le résultat d'une équipe mixte franco-camerounaise composée de Honoré TCHATCHOUANG, médiateur culturel RDC ; Paule DASSI, responsable de la case patrimoniale de Batoufam ; Jessica MARREC, chargée de mission à l'APLC ; Julie LE MEUR, Margaux LAUNAY, Béranger COLETTE, stagiaires à l'APLC ; sous la supervision et la coordination de Sa Majesté NAYANG TOUKAM Inocent, chef supérieur Batoufam et Sylvain DJACHE NZEFA, coordonateur général RDC.

altEn effet, ce livret est un outil pédagogique et ludique d’accompagnement à la visite qui invite à l’observation, au questionnement personnel, à la créativité et au développement de la sensibilité de l’enfant. Au cours des 18 pages du livret, le personnage principal NANKAP, descendant de la famille royale de Batoufam, invite les enfants à découvrir la chefferie Batoufam et son Musée dans une démarche interactive ponctuée à chaque section de jeux. Avec une composition d'illustrations, de dessins, de couleurs et de textes, les thèmes divers qui renvoient au schéma muséographique de l'exposition sont abordés : animaux royaux, architecture et société, instruments de musique et de communication, etc.

 Découvrez le livret en ligne en cliquant ici ou sur l'image !

La production des livrets pédagogiques dans les musées du réseau Route des Chefferies (RDC) comme toutes les autres activités menées à destination du public jeune rentre en droite ligne dans le vaste chantier de médiation soutenu par l’Union Européenne qui a pour finalité l’accroissement du taux de fréquentation des institutions culturelles de la RDC et la poursuite du travail de sensibilisation de la jeunesse à la richesse de ses valeurs culturelles.

Plus d'articles...

Page 2 sur 20

2