Actualités

L’Office Régional de Tourisme de l’Ouest-Cameroun à la conquête des partenaires en France

stand

argaiv1776

Une délégation de l’Office Régional de Tourisme de l’Ouest-Cameroun (ORTOC) a effectué une mission du 04 au 17 novembre 2013 à l’occasion du Salon International du Tourisme et Voyages (SITV) de Colmar. Cette équipe constituée de messieurs Charles TCHOMTCHOUA, vice président de

Lire la suite...

L’Office Régional de Tourisme de l’Ouest-Cameroun s’institutionnalise

Assemble_Constitutive_de_lORTOC

L’Office Régional de Tourisme de l’Ouest-Cameroun (ORTOC) est née de la volonté à la fois des chefs traditionnels, des élus locaux et des professionnels du tourisme exerçant dans la région de l’Ouest-Cameroun. Ce projet commun et novateur a pour objectif principal de promouvoir la destination Ouest-Cameroun, notamment en :

Lire la suite...

L’Institut des Beaux Arts de Nkongsamba (Université de Douala) s’abreuve à la source de la Route Des Chefferies

 

IMG_4566

Le mardi 29 octobre dernier, une délégation de l’Institut des Beaux Arts (IBA) conduite par sa directrice le docteur Annette ANGOUA NGUEA, s’est rendue à Dschang pour une séance de travail portant essentiellement sur les axes de partenariat entre l’IBA et la Route des Chefferies (RDC). Ces hôtes de marque

Lire la suite...

Le Programme de Développement Solidaire (PRODESO) en mission de suivi à la Route Des Chefferies

 

DSC01515

Le PRODESO est un programme franco-camerounais qui vise principalement à soutenir les projets de développement local ainsi que d’autres initiatives économiques et sociales à travers la mobilisation des capacités financières et les compétences des camerounais installés en France. La Route des Chafferies en tant que partenaire a reçu une délégation de cette institution constituée de Louis Georges Ndjipendi et Jean Pierrot, les 30 et 31octobre

Lire la suite...

Quand le Brésil se met sur « la Route Des Chefferies »

 

DSC00747

Son Excellence Nei Futuro BITENCOURT, Ambassadeur du Brésil au Cameroun s’est imprégné du vaste programme de développement culturel, touristique et économique qui porte sur la préservation et la valorisation du patrimoine matériel et immatériel des hautes terres de l’Ouest. En trois jours,

Lire la suite...

La case patrimoniale de Bamougoum

CASE PATRIMONIALE DE BAMOUGOUM

« Les Calebasses Des Chefferies »

 

Bamougoum est considéré comme l’un des principaux centres de production des calebasses dans les grassfields. A côté de l’industrie qui peut se greffer autour de cet objet, sa portée est avant tout culturelle et cultuelle.

Sa case patrimoniale baptisée « Les Calebasses Des Chefferies » est d’ailleurs parée de diverses formes avec une exposition qui comporte deux parties principales. La première présente les fondations, les mythes et le peuple de ce royaume. La deuxième s’articule essentiellement autour la symbolique des calebasses.

Près d’une centaine de calebasses qu’on utilise principalement dans les domaines culinaire, artistique ou initiatique sont ainsi présentées. Des calebasses à quatre, sept ou neuf côtés sont exposées, certaines, plus prestigieuses sont décorées avec des perles, des cauris ou le tissu traditionnel « ndop ».

Selon le contexte, la calebasse manifeste l’hospitalité, la paix et la joie.

Ce musée communautaire est le reflet de ce royaume qui vogue entre religion traditionnelle et christianisme.

 

 

A VISITER A BAMOUGOUM

  • Les cérémonies du Nekang ou l’expression culturelle et cultuelle des mungoum

Tous les deux ans, les goumiens se retrouvent durant 9 semaines pour renouveler l’alliance avec les ancêtres fondateurs du royaume, purifier le royaume et initier les plus jeunes (garçons uniquement) autour d’une cérémonie dénommée Nekang (littéralement « pouvoir » et « magie »). Cette cérémonie biennale consacre la plénitude et l’harmonie entre les vivants et les ancêtres, renouvelle l’alliance entre le roi et ses populations, entre les Bamougoum, leurs alliés et amis. C’est une occasion unique qui donne à voir sur le savoir-faire riche et varié de ce peuple qui mérite d’être vécu plutôt que d’être conté.

  • Ngoungouong et sa pierre mystérieuse

Ngoungouong abrite une pierre mystérieuse qui sort de terre tous les deux ans pour donner le coup d’envoi de la cérémonie du Nekang. C’est aussi un espace où les populations viennent se soumettre à la justice coutumière. Ici, le verdict des ancêtres est irréversible et le coupable meurt au bout de 7 jours.

  • La grotte sacrée de Nde’Nekang’Sang ou la grotte qui parle

Située à une dizaine de kilomètres de la chefferie, la grotte ne cesse d’attirer de nombreux curieux. Achetez au préalable un poussin (mâle pour les hommes et femelle pour les femmes) et allez-y sur la conduite de Mathieu Nzode dit Nzo Tadoumju, héritier et gardien du site. À l’entrée de la grotte, tenez votre poussin dans la main droite et faite un vœu. S’il vous lâche et tombe, c’est que les dieux du site vous invitent à rentrer dans la grotte. Dans le cas contraire, contentez-vous de la verdure qui ceinture cette imposante cavité car vous risquez ne plus jamais en sortir. On y pénètre à quatre pattes et, à moitié nu. L’intérieur est subdivisé en compartiment. À la sortie, chaque visiteur à des signes tatoués sur le dos que le gardien du site interprète. Aussi dit-on, sa terre aurait des pouvoirs de guérison.

  • La chute de la Metché

Cette chute est située sur la rivière Metché, à la limite avec le département des Bamboutos sur la route nationale Bafoussam-Bamenda. Elle est haute d'environ 6O mètres et constitue l’une des attractions phares de la région. Durant les luttes d’indépendances, des centaines de personnes y ont trouvé la mort. Les descendants de ces martyrs viennent de tous les coins du pays bamiléké pour y pratiquer des rituels afin d’honorer la mémoire de leurs ancêtres disparus.

 

Jour d’ouverture : Mardi – Dimanche

Heures : 09h-18h

Contact : (237) 99 67 89 12

La case patrimoniale de Batoufam

CASE PATRIMONIALE DE BATOUFAM

« Architecture, Pouvoir Et Cohésion Sociale »

La case patrimoniale de Batoufam baptisé « Architecture, Pouvoir Et Cohésion Sociale » est un site riche d’histoire, et du savoir faire pluriel de son peuple qui puise les fondements de son architecture dans ses us et coutumes. Son magnifique décor renferme des centaines d’objets, des cadres de portes, fenêtres et piliers sculptés ainsi qu’une dizaine de peintures murales sur des thèmes variés (travail de la forge, emblèmes et totems de Batoufam…). Tous ces objets dispersés entre le parcours de l'exposition en plein-air, les multiples résidences du chef, les cases d’hôtes et les cases des sociétés secrètes permettent aux visiteurs de découvrir et d’appréhender l’histoire d’une chefferie et la culture d’un peuple.

Le premier espace du musée présente le territoire, les mythes et le peuple de Batoufam. Géographie, histoire, organisation du pouvoir et société sont tour à tour abordés afin d’offrir un panorama complet de la chefferie. Un intérêt particulier étant consacré aux bâtisseurs du royaume et aux légendes à l’instar du roi NANKAP (fondateur) et Fo NAYANG TOUKAM Innocent (qui règne depuis le 06 mai 1989) qui entourent sa création et son développement.

L’exposition est complétée par une partie dédiée à l’architecture de la chefferie Batoufam comme élément de consolidation des valeurs séculaires. Le tour de l’exposition s’achève par une visite du palais, comme une mise en pratique des connaissances nouvellement acquises par le visiteur. A lui de retrouver les symboles chers au peuple Batoufam, de reconnaître les différents matériaux utilisés voire de déduire les époques de construction.

 

 D’autres attraits touristiques à Batoufam :

Lekwa : premier site d’implantation de la chefferie au XVIIIe siècle, il est situé à 5km de la chefferie. Véritable lieu de mémoire, ce site historique et sacré est ouvert aux publics. Ici, le visiteur peut remonter l’itinéraire du roi fondateur à travers les siècles et, avoir des clés de lecture et de compréhension des pans de l’histoire du royaume. Son architecture et son ordonnancement préservé constituent des témoins matériels de la vitalité des chefferies Bamiléké d’antan.

La forêt sacrée du royaume offre un paysage de verdure impressionnant et naturel, préservé au fil des générations depuis le déplacement de la capitale du royaume vers le site actuel à la fin du XVIIIe siècle. Elle ceinture la chefferie, abrite des espèces rares et constitue un refuge idéal pour les animaux et totems du royaume. C’est aussi le second site d’implantation de la chefferie.

La forge de Kassé : à 4 km de la chefferie, la forge est l’activité qui a permis au peuple Batoufam de lutter contre l’ennemi au fil du temps et de développer culturellement et économiquement le royaume. Sur le plan cultuel, la forge de Kassé a participé à la production des « objets du pays » ou outils de culte et de consécration du pouvoir royal. L’activité de cette forge revêt un très grand intérêt pour les populations. Dans cet atelier, on transforme le fer pour obtenir des outils usuels, indispensables pour les travaux champêtres.

La chute vévêt à Ketsok à 03 km de la chefferie sur le chemin de la forge mythique de Kassé : c’est un lieu de mémoire où les populations viennent se faire purifier. Cependant, le site est difficilement accessible et la procédure pour rentrer en contact avec son gardien coutumier est longue.

 

Jour d’ouverture : Mardi – Dimanche

Heures : 09h-18h

Contacts : (237) 96 49 90 44/ 96 52 99 45

Appel à candidatures - articles sur l'esclavage au Cameroun

 

APPEL A CANDIDATURES
CONCOURS “REDIGER UN ARTICLE SUR L’ESCLAVAGE AU CAMEROUN”

 

Préambule

Un concours avec pour thème « Traites et esclavages dans les chefferies traditionnelles et sur les côtes camerounaises » est organisé pour faire suite à la journée internationale de l’abolition de l’esclavage. Ce projet est soutenu par l'OIF à travers l'Alliance Internationale des Anneaux de la Mémoire en partenariat avec l'association Musée de Bamendjinda et le Programme Route des Chefferies.

Conditions de participation

Le concours est ouvert à toute personne de bonne moralité ayant de préférence fait des études supérieures. Toutefois, seuls les étudiants régulièrement inscrits dans une université camerounaise pourront bénéficier de la somme d’argent mise en jeu entre autres au titre de récompense.

Date limite et adresse de dépôt des articles

Le meilleur article sera primé d’un montant de 25 000 FCFA et profitera, tout comme le 2ème et le 3ème :

  • D’une publication sur le site internet des Anneaux de la Mémoire (centre de ressource et espace jeune public). Permettant ainsi aux lauréats de bénéficier de la visibilité offerte par ce réseau d’acteurs internationalement reconnu, œuvrant depuis plus d’une vingtaine d’années sur la thématique de l’esclavage et ses répercussions contemporaines.

  • D’un envoi à travers la newsletter des Anneaux de la Mémoire, à une base de données de plus de 10 000 contacts répandus à travers le monde.

  • D’une publication sur les sites internet de la Route des Chefferies (programme de préservation et de valorisation du patrimoine culturel) et du musée de l’esclavage de Bamendjinda.

Récompenses et distinctions

 

Le concours est ouvert à toute personne de bonne moralité ayant de préférence fait des études supérieures. Toutefois, seuls les étudiants régulièrement inscrits dans une université camerounaise pourront bénéficier de la somme d’argent mise en jeu entre autres au titre de récompense.

 

NB :   

  • La valorisation des productions sera organisée par le comité technique de la Route des Chefferies.

  • L’attribution des prix sera laissée à la libre appréciation du jury qui délibèrera fin décembre 2013.

  • Le candidat s’engage moralement à ne fournir que des articles originaux.

PARTENAIRES :

     Francophonie                             logo_am                            logo_rdc_petit                                

 

Pour plus d'informations, bien vouloir télécharger le dossier d'appel à candidatures.

Conférence « Patrimoine et Créativité » au MDC

Le Musée des Civilisations organise le vendredi 06 décembre 2013, à 16 H 00 précises dans sa salle polyvalente, une conférence sur le thème : « Patrimoine et Créativité ».

Cette conférence revêt une importance particulière quand on sait que les questions de biens matériels et immatériels artistiques et historiques, sont actuellement au cœur des nouvelles politiques culturelles au Cameroun.

Les intervenants à ces échanges sont d’un profil d’exception :

  • Mme Brigitte ONDIGUI est avant tout enseignante en histoire de l’art au département des Arts et Archéologie de l’Université de Yaoundé I, bien qu’arborant toujours sa casquette de chercheur. Cette historienne de l’art prépare actuellement une thèse sur l’histoire de l’art du costume au Cameroun depuis le 19e Siècle.
  • M. Yakobou TETANG, artiste dans l’âme est aussi formateur à l’Institut de Formation Artistique de Mbalmayo où il fut directeur pendant 7 ans. Ce diplômé de l’Ecole d’Art de Côme en Italie a remporté plusieurs prix dont celui du Président en 1981.
  • M. Alain Cyr PANGOP est enseignant à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université de Dschang. Il est le co auteur de l’ouvrage intitulé Littérature orale africaine. Décryptage, reconstruction, canonisation paru chez l’Harmattan Cameroun.
 
Info line : (237)   98 72 76 16 / 75 08 25 35

Le Musée des Civilisations recrute 02 médiateurs culturels

Dans la perspective de la mise en œuvre de ses programmes voués aux publics, le Musée des Civilisations à Dschang (MDC) recrute 02 médiateurs culturels. Les candidats à ce poste doivent avoir à la fois la faculté de travailler en collaboration et d’excellentes capacités relationnelles.

Responsabilités des médiateurs :

Les médiateurs culturels assurent la mise en œuvre de la politique des publics définie par le MDC et participent à l’élaboration des grandes orientations de cette politique. A ce titre ils assurent :

  • L’accueil des publics;
  • La Participation à la conservation préventive,
  • La Participation à la mise en œuvre de la politique culturelle du MDC,
  • L’Appui à l’organisation des conférences de presse,
  • L’Etablissement et la mise à jour de la base de données contacts et un listing presse,
  • L’Appui à l’animation des activités pédagogiques,
  • L’Appui à la conception et à l’animation de parcours de visite diversifiés et des activités de médiation en fonction des publics,
  • L’Appui à l’organisation et planification des visites et activités,
  • L’Appui à la conception et à l’évaluation des publics,
  • La Tenue de la billetterie et de la boutique,

Profil de candidature

  • Formation supérieure en sciences humaines, NIVEAU BAC+3 minimum,
  • Etre Dynamique, autonome, réceptif aux apprentissages et créatif,
  • A voir des connaissances en matière de patrimoine et musée,
  • Etre âgé de 21 ans au moins,
  • Etre Bilingue : Anglais/Français  la capacité à s’exprimer dans une autre langue étrangère en dehors des deux premières est un atout pour le poste,
  • Etre apte à bien communiquer à l’oral et à l’écrit,
  • Avoir une maitrise de MS Office (Word, Power Point, Access),

Les dossiers de candidature comprenant un Curriculum Vitae, une lettre de motivation peuvent être déposés au Musée des Civilisations, sis au lieu-dit « lac municipal  ou pont du plaisir» à Dschang, ou être envoyés par mail à l’adresse Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. .

Date limite de recevabilité des dossiers le 30 octobre 2013.

Page 2 sur 13

2